mercredi 23 septembre 2015

La grâce du fou

 

Tu oublieras la lune et les étoiles lorsque tu l'auras rencontré ..Sous un arbre la femme perdue monologuait , la pluie ruisselait sur les feuilles du peuplier ,d'abord doucement comme un léger carillon assourdi pour ensuite s'intensifier ,un vrai déluge. Malgré le ruissellement incessant sur son visage, sa chevelure , elle fouilla dans un sac de plastique pour en sortir un coquillage , elle le porta à son oreille gauche par ce que c'était celle de l’espérance.Elle s'imagina aussitôt au bord de la plage, au loin des poissons volants traversaient à contre jour un arc -en-ciel.Elle ferma les yeux et partit en voyage; l'air saturé de l'orage , lui procurait une certaine ivresse.Un chien errant vint se secouer tout près d'elle , elle le chassa avec son pied, il la regarda avec des yeux larmoyants et apeuré se  sauva.La pluie cessa, le soleil réapparut sortant des nuages et la chaleur envahit son corps progressivement.Sur une branche au dessus d'elle un oiseau chanta , elle leva la tête et il s'envola , elle le suivit en évitant  les flaques dans lesquelles se reflétait un pan de ciel bleu. Lorsqu'elle arriva près  de la maison abandonnée, le visage du pierrot lunaire était étonné, mais il restait muet.Il avait lâché la proie pour l'ombre et son regard luisait comme une ampoule basse consommation . Dans entrebâillement de la fenêtre on ne voyait que son masque blafard, malgré la profondeur de la nuit.Sur la tombe les dernières fleurs d'automne qui garnissaient la couronne mortuaire , gorgées de pluie pourrissaient devant un portrait .La femme pensa "Il ne sera plus l'enfant de la corbeille mais celui du cimetière." elle déposa    une jonquille dont l'éclat jaune rendait encore plus sombre la pierre.

Ce texte à été écrit par Roselyne cusset à l'aide de l'Atelier d'écriture des éditions Zulma. D'après le nouveau magasin d'écriture d'Hubbert Haddad.
http://www.zulma.fr