mardi 15 octobre 2019

chroniques littéraires pour le plaisir

Les nuits du bout du monde – Roselyne Cusset -2018

Quatrième de couverture

Ces dix histoires s’articulent autour du thème du secret. Chaque personnage en filigrane a rendez-vous avec son destin. La nostalgie en conduit quelques-uns à se retourner et perdre la liberté d’espérer. Le secret peut à la fois le libérer mais aussi enfermer celui qui le porte. Seul le courage de vivre malgré tout, conduit certains personnages à se réaliser. Le délivrer, c’est s’affranchir, s’alléger pour continuer le chemin. Une situation reste mystérieuse tant que l’on ne l’a pas résolue, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’elle est forcément cachée. Elle peut même s’étaler au grand jour, mais personne ne la voit.


Chroniques

Des bribes de vie. Une vie pleine de petits bonheurs et de grands malheurs. Une vie de mystère. De solitude. Des bribes de rêves à assouvir. Des récits qui sont lourds de secrets tus dans la pénombre de rêves plus ou moins avortés. De rêves presque réalisés.
Les nuits du bouts du monde est un concentré de la quatrième dimension. Tous les secrets révèlent un ailleurs. Rêvé ou réel. Un ailleurs qui peut coûter sa tranquillité. Son âme. Sa raison. Peut-être un peu de sa foi? Qui sont ces hommes, ces femmes qui nous révèlent des secrets tus depuis des temps infinis?
La lecture est prenante et nous emporte dès les premiers mots dans un monde que nous sommes loin d’imaginer. Un monde fantastique où le Bien et le Mal se côtoient, se jaugent et se fondent l’un dans l’autre. Nous accompagnons les personnes dans leur quête. Quête du rêve. Rêve qui exorcise le pire que porte tout humain au fond de lui. Rêve qui clôt et enterre les secrets au fond des âmes tentées et tentatrices. Rêves qui peuvent, si nous le souhaitons, faire entrevoir les nuits du bout du monde.

Note 17/20

9782889490820   5 sens éditions    90 p.    11€


lundi 30 septembre 2019

Mes journées de dédicaces

Bonjour

Ce n'est pas évident les journées de dédicaces.J'aime écrire, me plonger dans le récit créer des personnages qui deviennent au fur et à mesure des êtres intimes habitant mon quotidien.
Lorsque j'écris la dernière phrase du manuscrit avant de l'envoyer à ma maison d'édition , c'est le départ vers d'autres aventures.Plus rien désormais ne m'appartient ils sont rendus aux yeux du monde et c'est très bien ainsi .Je les quitte non pas définitivement mais un peu quand même, tout en sachant qu'ils existeront grâce à mes lecteurs.
Aussi j'avoue, je suis saisie par l'appréhension , je ne sais comment  je serai accueillie par l'équipe  qui me recevra  .Tout dépendra de la manière dont on me fera confiance , j'ai besoin d'être acceptée et surtout d'être respectée en tant qu'auteure.
Rencontrer les clients de la librairie  n'est pas un problème car j'aime parler de mes livres, intéresser ce futur lecteur, l'embarquer au long cours  sans tout dévoiler , sans poudre de perlimpinpin   mais  avec une  pincée de mystère , lui donner envie de lire mes histoires.
 Jusqu'à, présent ça c'est presque toujours bien passé sauf une fois , à la mutuelle lecture de la toute petite ville où j'habite.
Je ne sais pas pourquoi la responsable m'a invitée.Je n'ai eu le droit à aucune publicité, rien .
Lorsque je suis arrivée nous étions 7,  dont 4 amis que j'avais invités  et les autres étaient composés de trois bénévoles .Une heure après le début de ma présentation ,une petite grand-mère s'est jointe à nous en demandant à qu'elle heure était servi le goûter.Bien sûr cette petite bibliothèque m'a acheté un exemplaire, mais cela ne suffira pas pour que j'y retourne.

Les premiers qui m'ont fait confiance c'est un couple Christelle et Alain Legrand dans leur petite boutique de presse librairie de Saint-Ambroix dans le Gard.J'ai eu droit à un café et j'ai pu constater leur professionnalisme et leur gentillesse.
 La FNAC du Puy en Velay avec son personnel sympathique , Catherine Caillaud qui m'a permis de lire des extraits lors de ses soirées contes, un premier jeudi du mois dans la petite salle de spectacle "L'entrée des artistes." à Saint-Ambroix.
La Librairie Sauramps d'Alès qui a mis mes livres sur table .
Pendant trois mois je n'ai rien pu organiser , je n'ai rien dédicacé car mon frère est mort au début de l'été et j'ai été anéantie par la chaleur et  la tristesse.
Malgré tout me  revoilà partie à l'aventure et requinquée  , j'ai repris le cours de ma vie littéraire .
En cette journée du 21 septembre débutait   l'automne et mes espoirs aussi ,  par un temps pluvieux mais heureux  , j'ai débarqué à la FNAC d'Aubenas et tout de suite j'ai senti un courant de sympathie circuler avec le personnel et que dire des responsables qui m'ont apporté une bouteille d'eau  ,leurs disponibilités et leurs sourires que ce soit   dans la petite librairie presse   que dans la grande enseigne de la zone industrielle l’après-midi!
 J'étais déçue de ne pas avoir été sélectionnée par un comité de lecture organisateur d'un salon du livre de Céze Cévennes,à 3km de mon domicile, le même jour .
Qu'importe j'ai découvert que parfois le destin nous fait des cadeaux de manière imprévisible.

Le 12 Octobre je retourne chez les Legrand pour présenter mon nouveau livre qui est un recueil de poésies.
Amis de la poésie si vous passez par là et lisez ce  texte venez donc me voir  nous parlerons  de tout mais surtout de Poésie.







                                                                       FNAC d'Aubenas  07











                                                                          FNAC du Puy en Velay (43)





La suite bientôt....




















lundi 16 septembre 2019

vendredi 9 août 2019

J'ai perdu mon frère

 A la mort de mon frère, je suis restée en sidération pendant un mois .Il m'était impossible d'écrire.
J'avais comme une enclume au niveau de mon plexus solaire et une grande colère m'habitait.
Daniel s'est effondré  victime d'une crise cardiaque à 56 ans le 9 juillet 2019 ..
Je reviens petit à petit à la périphérie du monde , j'ai recommencé à lire une histoire d'une rare intensité servie par un verbe fort ciselé vibrant et vivant :
Le Rapport Brodeck de Philippe Claudel il y a plus joyeux me direz vous.Ben moi je fonctionne comme ça lorsque je suis triste je le suis vraiment , je ne cherche pas à m'étourdir , je regarde ma souffrance, je lui fais rendre grâce , je la questionne jusqu'à vomir son contenu qui me triture les viscères.
Je suis passée par différentes phases , la douleur , la tristesse, la colère la culpabilité dans le désordre de manière analogique.Ces états d'âmes revenaient en boucle et un jour après une nuit de grande bataille , j'ai suivi le signe et j'ai compris.J'ai vu l'ange et rencontré un fantôme.
Le lendemain l'acceptation est arrivée comme un ciel après l'orage, je me suis sentie apaisée et j'ai regardé s'éloigner l'ombre du saltimbanque sur un chemin de lune agrippé aux étoiles , accordé aux musiques des sphères.

Nos chemins se séparent mais continuent en parallèle.

Je voudrais vous parler de ce livre le rapport Brodeck


J'ai terminé un livre magistral et je me dis que pour écrire comme ça il faut être inspiré et plus que cela..Une histoire d'une intensité incomparable servie par une écriture ciselée et percutante Tout en sous entendus, en puzzle, l'histoire se déroule par petite touches , l' ambiance d'un village dans l'après guerre  se dessine  .La différence peut engendrer le pire.seul l'amour perdure...Ce livre m'a littéralement secouée..l'étranger est celui qui dérange , il devient le bouc émissaire.
Le sacrifice , la haine ordinaire..




résumé :
Le personnage principal,Brodeck, revient dans son village après avoir été déporté dans un camp. Les thèmes du crime, de la lâcheté, de la mauvaise conscience et de la xénophobie sont abordés
Le Rapport de Brodeck  est une sorte de parabole, de fable L’action se déroule dans un village de montagne, possiblement situé près de la frontière allemande. Le narrateur, Brodeck, est chargé de rédiger un rapport sur la mort d'un étranger, der Anderer (« l’autre »), qui séjournait dans le village. Son exécution par tous les hommes du village, excepté Brodeck, est appelée l’Ereigniës (un terme de dialecte choisi par Brodeck « et qui signifie à peu près "la chose qui s'est passée" »  L’Anderer, par son comportement et ses desseins, est un miroir de ce qu’ils sont vraiment, au-delà des apparences et des statuts sociaux. Il leur renvoie leur lâcheté et leurs trahisons, leurs compromissions avec l'occupant de la guerre passée et cela, ils ne peuvent pas l'accepter.
Brodeck lui-même a, pendant la guerre, été déporté dans un camp de concentration. Les gens du village l’ont eux-mêmes désigné pour « acheter leur tranquillité » avec l’occupant. Pour avoir voulu défendre trois jeunes filles que les notables du village voulaient livrer à l’occupant, Emélia, la femme de Brodeck est violée une nuit et perd la raison.
Le récit que fait Brodeck, par petites touches, de sa déportation, suit le canevas des récits des déportés, même violence, même mépris de la vie et des déportés, même retour au pays plus mort que vif devant les habitants médusés et gênés.

lundi 1 juillet 2019

Presentations de mes livres.

Bonjour les amis.

Je voudrais vous présenter les deux maisons d'éditions (à compte d'éditeur ) qui m'ont fait confiance.
Surtout pour un premier livre et pour un genre particulier qu'est la nouvelle.

Merci à https://www.5senseditions.ch/ 
pour le livre de Nouvelles "Les nuits du bout du monde"





Dédicaces à la Fnac du puy en velay  25 mai 2019




                                                      décembre 2018 librairie papeterie Legrand à Saint-Ambroix (Gard)



J'ai participé également à une émission de radio  https://radiogrilleouverte.com/podcast/la-voix-au-chapitre-250219/



La voix au chapitre 250219

Diffusé le 25/02/2019

Jean-Paul Pascal reçoit les écrivains :
Jérôme Peyrat pour « Poing noir » (par téléphone)
Michel Rajaut pour « Bestioles de mon jardin »
Roselyne Cusset pour Les nuits du bout du monde », accompagnée de Roger Otgé des éditions « Complices »

Écouter








https://www.nombre7.fr/

  pour le livre de poèmes "Sombres incandescences.






vendredi 21 juin 2019

Une journée de dédicace au Puy en Velay





Roselyne Cusset dédicace son premier ouvrage

  • Vu 75 fois
Roselyne Cusset.  Photo Le Progrès /Christophe TEYSSIER
Roselyne Cusset. Photo Le Progrès /Christophe TEYSSIER
Stéphanoise d’origine et vivant dans le Gard, Roselyne Cusset a toujours écrit mais ses histoires dormaient dans ses carnets à spirales jusqu’à ce qu’elle décide de les partager avec les lecteurs. C’est chose faite avec un premier ouvrage édité, intitulé Les Nuits du bout du monde en référence à une émission de radio des années cinquante.
Un recueil de dix nouvelles dont une à pour cadre Les Estables, village où elle a beaucoup de souvenirs d’enfance auprès de ses grands-parents.
« Ce sont des histoires sur la thématique du secret. Chaque personnage à rendez-vous avec son destin. Le secret nous informe et nous libère », précise l’auteure.
Les Nuits du bout du monde 5 sens éditions. Tarif : 11 euros.

dimanche 9 juin 2019

livre de poésie Sombres incandescences est sorti ce jeudi 6 juin...

Nombre7édition



 

Je suis habitée par la poésie, elle a élu domicile en moi depuis longtemps.
J’écris des poèmes s’envolant aux quatre coins du monde, attirée par les mots étranges, les sonorités particulières les rythmes de la langue et du cœur, la puissance des regards.
  Un jour de noirceur passagère, j’ai tout perdu à force de courir après des idées noires.  Je me suis posée dans un lieu de magie et de belles rivières et  tout est revenu.  Les mots ont surgit des profondeurs et frappé à la vitre de ma conscience.  En ouvrant  la fenêtre de mon âme  en grand  j’ai tracé des phrases brûlantes, jusqu’au bout de mes doigts, qui consument le monde .Si je restais trop près de ces  lumières je brulerais de leurs éclats.
De rire, de dire.
Je préfère  m’isoler pour mieux les entendre, les voir  et les offrir en gerbe d’étincelances. En sombres incandescences.

Extrait ( 4ème de couverture )


Les fées papillons


La chrysalide a refermé le passage
Sous les chuchotements
De l’orée  buissonnante.
Vide elle continue de palpiter
La chaude présence du papillon.