mercredi 1 juin 2022

  Une de mes écrivaine préférée .. 

 

 

 Sylvie Germain, décodeuse des signes et des prodiges qui habitent l’être humain.

La pleurante des rues de Prague
Folio n° 2590,p. 89

 

 

 

" Nous sommes faits de la chair des autres. Il y a ces deux corps qui nous précédèrent comme de toute éternité, qui nous ont engendré, - ceux des parents. Il y a ceux qui grandirent à nos côtés, nés des mêmes parents, porteurs d'une même mémoire enfouie, obscure, dans la chair et le sang,
- ceux de la fratrie. Il y a ceux qui s'engendrent à leur tour de notre propre chair, ces corps enfants qu'il faut longtemps veiller, nourrir et protéger pour les laisser mûrir et croître jusqu'à ce qu'ils se détachent de nous et s'en aillent d'une démarche ferme au-delà des frontières que nous avions tracées. Tous nous demeurent consubstantiels.

Et il y a cet être qui surgit soudain, venu d'ailleurs, qui se détache un jour de la foule et vient à notre rencontre, s'approche tout près de nous. Qui s'approche si près que son souffle se mêle au nôtre, que son visage se glisse en nous. C'est l'amant, c'est l'amante, qui se fait notre corps compagnon. Notre corps second. Et qui, bien qu'étranger, parce qu'étranger, nous devient aussi consubstantiel, par les voies du désir qui coupent à l'oblique celles de la filiation.

Pour l'avoir contemplé, enlacé, caressé, pour avoir dormi tout contre lui, dans sa chaleur et son odeur, pour l'avoir désiré d'un désir encore accru au comble même de son assouvissement, on le connaît, cet autre, comme nul ne le connaît, - comme nul autre ne peut ni ne doit le connaître.

Il est sacré, le corps de l'amant, de l'amante, il est pur, jusque dans les fougues et les râles du désir s'accomplissant. Il est notre secret, notre orgueil et notre bonheur. Bonheur fertile qui féconde tous nos autres instants de bonheur, tous nos autres élans vers le monde, vers les choses et les êtres. Il est la stèle dressée tout le long du chemin, à chaque carrefour ; la stèle dont le texte se renouvelle sans cesse et dont on ne se lasse pas de recommencer la lecture, avec les doigts, avec les lèvres, autant qu'avec les yeux.

On le croyait nôtre, inséparable, d'une indéfectible complicité, ce corps second. On se leurrait. Le voilà qui s'en va, nous renie, nous oublie. Et la douleur pénètre dans chaque pore de la peau, elle s'insinue partout, et la raison, que l'on tâche pourtant d'endurcir, éclate, s'effrite. La raison ne veut plus rien entendre, c'est l'épouvante. On se heurte à l'absence de l'autre, on ne sait plus où aller, où se cacher, où fuir. On s'humilie, on se surprend à épier, éperdument, sa silhouette dans la rue, dans la foule, à sursauter au moindre bruit, comme s'il s'en revenait ; tous les pas sont ses pas. Mais lui, elle, marche ailleurs, si loin de nous, indifférent. On l'accuse, le maudit, l'injurie, mais le pardon déjà se trame au fond de nous. On voudrait mourir, mais on perdure, tendu dans le désir fou de le revoir. Encore une fois, juste une fois, rien qu'une fois. On le hait, mais on l'appelle avec l'immense patience, et douleur et amour des prophètes rappelant leur peuple frivole à la fidélité. On se moque, on médit de l'infidèle, - on blasphème, mais un mendiant recroquevillé au fond de nous lui tend la main, l'implore.

Et l'on s'envole, à cheval sur son nom ; on dérive vers les cimes glacées du silence où se gèlent nos larmes, nos appels. On tremble, on est si nu, on a si froid. On supplie l'autre de venir vêtir notre nudité de son corps. On est si nu, que l'on est écorché, à moitié dépeaussé. On est nu jusqu'au coeur. Et l'on se sent petit, infiniment, laid, tout ratatiné de chagrin et de froid, indésirable à soi-même, à tous, de n'être plus désiré par l'autre.

L'autre qui jamais ne reviendra. "

 

vendredi 22 avril 2022

 Après un long voyage intérieur, dans les méandres d'une descente en profondeur, le passage se dessine. Il m'aspire vers une certaine qualité de lumière .
Ce n' est pas négatif, juste le processus naturel de la vie qui bat, comme un grand cœur, sans limites.

Roselyne Cusset

 

 


samedi 12 mars 2022

Bonjour à tous!

Je profite de la pluie pour faire du rangement sur mon ordinateur et au rythme des clics, j'ai retrouvé un petit blog que j'avais créer lorsque j'animais des ateliers d'écriture dans l'agglo de Grenoble.C'est avec beaucoup d’intérêt et de curiosité que j'ai relu tout ses écrits sous les belles plumes des participantes.

Je vous invite à lire cette page .http://roselune.blogspot.com/

http://roselune.blogspot.com/

mardi 8 mars 2022

Les yeux clos du peintre Odilon Redon... 1840-1916

 

Les Yeux clos | Panorama de l'art

Les "Mordores" couronnés au royaume des glaces.

 

 

Les  "mordores" couronnés de givrures cristallines.

En  blessures de pierres précieuses

Ouvrent leurs yeux  d’explosantes fixes

Sous  les paillettes d’or en ellipses

sortant de  têtes de morts ricanantes

Depuis si longtemps pétrifiées,  en cauchemar d’éternité.

Un soleil noir de désespérance éclaire  ces linceuls de glace.

Leurs voix se sont tues depuis si longtemps

Mais l’or du silence brille dans l’obscurité froissée

des profondeurs inviolées

A jamais dans le verbe des poètes.

A jamais dans les cris des suppliciés.

Seules les tombes ensevelies sous la neige de Sibérie

Libèreront  les derniers témoignages.

Lorsque tout sera fini

Sous un autre soleil plus brulant

Dans un autre espace temps.

  qui se souviendra des hommes !

Roselyne Cusset

 

 

                    7 mars 2022 en hommage au poète Varlam Chalamov .

                  Son long calvaire de 25 ans dans le goulag de la Kalima en Sibérie m' inspiré ce poème.

mercredi 2 mars 2022

                                                                  
   

 

                                      Peinture  de Béatrice de Saint-Jean

 

 

Conte Cruel !

 

 

A l'ombre de mes cils 

je regarde le monde 

derrière un  flot de larmes 

accrochées  aux parois 

de rêves translucides .

Elles   roulent comme des serpents irisés 

sur mon visage triste et glacé .

Mes lèvres ouvertes sans un cri 

s'abreuvent  de leurs salines désespérances. 

Que ce monde est cruel!

Je tourne sur son manège  emportée , désenchantée.

Je tourne enivrée de mensonges divulgués 

en pluies de confettis .

Dans ce monde éphémère !

L'impermanence est palpable 

 Au royaume de l’esprit 

le chemin est si long.

 

Roselyne Cusset 2  mars 2022.

 

vendredi 21 janvier 2022

Objets poésie.

 Bonjour chers visiteurs de la page , aujourd'hui je vous parle de mes dernières créations toujours en relation avec l'écriture mais pas que.

Il y a une vingtaine d'années, j'exposais beaucoup de photographies et pour accompagner l'une d'elles sur le thème du Dédale , j'avais créé des "leporellos " petits livres accordéons.

Ils présentaient  chacune de mes photos accompagnée de Haïkus.Puis le temps a déroulé son fil pour me ligoter  dans son rythme et je n'ai pas continué .

Depuis la création d'Artistes en Cèze, je m'y suis remise, très étonnée des retours positifs parmi les artistes et les visiteurs des lieux d'exposition.

l'envie est revenue et je me suis lancée à cœur éperdu, dans la création de petits objets poésie, dans l'esprit du surréalisme mais pas que.

J'ai ressorti de mon coffre des centaines d'instantanés poétiques , j'ai retrouvé des photos j'en refais un peu et c'est reparti.

Quelques photos pour vous donner une idée.

 

 Dernière création fleurs hexagonale .


  Papillons  poésie.


 

Fiole talisman



Leporellos : les livres des secrets.






lundi 3 janvier 2022

 cierge magique nouvel an 

 

 

              Bonne Année 2022

 

En espérant être plus présente sur ce blog car j'ai beaucoup de choses à vous raconter.

Comme vous pouvez vous en douter, je n'ai vraiment pas eu un moment pour vous raconter les péripéties de ma nouvelle vie au seins de l'équipe d'Artistes en Cèze .Des marchés de l'art, des expositions, des rencontres, des projets .Il y aurait tant à dire.

Mais en ce qui me concerne je suis super contente d'être à ma place.

J'ai commencé la création d'objets poétiques , pas trop travaillé sur mon prochain livre.

Mais avec toute l'équipe nous avons avancé. 

Je vous raconterais tout ça, la prochaine fois.

Si vous voulez en savoir plus je vous invite à vous connecter sur Facebook pour suivre notre actualité en temps réel.

 https://www.facebook.com/Artistes-en-Cèze