vendredi 6 mars 2015

Lectures du mois de mars.

 

Biographie :

Alessandro Baricco est un écrivain, musicologue et homme de théâtre italien contemporain.

 
Je suis absolument fascinée par l'écriture de monsieur Alessandro Baricco .Ses histoires où se mêlent la poésie , le raffinement et l'élégance teintée  de magie nous accompagnent tout au long de ce 
petit livre .Ses personnages à la folie douce et à la détermination inébranlables .Ce livre est débordant de fantaisie et de poésie.

Depuis "Châteaux de la colère","Novecento pianiste "et "Soie" je ne rate pas une sortie littéraire de cet écrivain à l'écriture à la fois si profonde et si légère ,pareille à une perle enfermée dans une huitre. 
Ces personnages sont attachants , comme cette vieille femme  qu'il rencontre souvent dans une laverie ,est elle réelle ? Peut être l'émanation d'un personnage vivant dans  son  monde intérieur, peuplé d'êtres qui s'invitent dans le quotidien.
Cet artisan qui créait des ampoules diffusant des lumières sur mesure, avec des noms de reines , s'éteignant lentement en rythme une à une sur  une musique lancinante.Seuls les livres sont éternels.

 L'histoire


Jasper Gwyn, un écrivain anglais de 43 ans, décide de ne plus écrire. C'est le deuxième métier qu'il abandonne (il fa d'abord été accordeur de pianos). Jasper Gwyn annonce sa décision en adressant au Guardian la liste de ce qu'il s'est promis "de ne plus jamais faire". Ne plus écrire donc, mais aussi, entre autres, ne plus "se faire photographier le menton dans la main, songeur". Cette décision n'a pas trente-six explications, simplement, au cours d'une promenade, "la sensation limpide que ce qu'il faisait chaque jour pour gagner sa vie ne lui convenait plus". Une autre explication surgit lors d'une conversation avec une femme de passage "dans une phrase incompréhensible": "Un jour, je me suis aperçu que plus rien ne m'importait, et que tout me blessait mortellement". Voilà pour les explications, mais là n'est pas le sujet du roman. "Tout commence par une interruption" dit Paul Valery cité en incipit du roman. L'histoire de "Mr Gwyn" commence donc quand l'écriture s'arrête.