mardi 1 mai 2018

le monde est bleu










Au delà du passage se dessine  ta présence.
S'accrochant au souffle du vent
qui lentement dépose ses grains de poussière d'or .
Au centre de l' absence
L'espace tisse des lueurs irisées
l'ombre estompe le silence.

 
Des portes claquent
des volets se referment
La chaleur imbibe nos cerveaux, fige notre attente..
Au loin les silhouettes d'oiseaux
Dansent en arabesques fluides.
Le voile du rideau caresse mon visage.
L'odeur du crépuscule ennivre ma délivrance..
Et je m'ouvre en corolle ...
 
Roselyne Cusset 2010...